Vous trouverez sur cette page tous les articles relatifs à ma newsletter. Vous avez vu une information sur la newsletter de l’année dernière et vous avez maintenant besoin de cette information? Entrez un mot clef dans la barre de recherche 🙂

1-boite-entomologique-de-vulgarisation-avec-des-sous-boites-pour-categoriser-

Boite de vulgarisation avec compartiments pour catégoriser.

p1530350
p1540252

Anthrènes, adulte en haut et larve en bas. On trouve aussi souvent les mues dans les collections. Photos avec l’autorisation d’André Lequet.

3-boite-avec-reflecteur.-source_-h.-coupin-1895-l-amateur-de-papillons-2

Boite avec réflecteur pour voir l’envers des papillons.  H. Coupin 1895 « L’amateur de papillons ».

2-coupe-transversale-de-la-boite-a-double-gorge.-h.-coupin-1895-l-amateur-de-papillons

Coupe transversale de la boite à double gorge. H. Coupin 1895 « L’amateur de papillons ».

Septembre 2021

4 astuces pour bien choisir ses boîtes en entomologie.

C’est LE sujet à bien réfléchir quand on possède une collection, que l’on soit collectionneur ou gestionnaire.

La « carapace » des insectes est faite de chitine, qui, une fois séchée peut subir différents problèmes mécaniques ou être détruite par différents éléments biologiques comme des insectes ou des champignons. 

 

LA COMPOSITION DES MATÉRIAUX DE LA BOÎTE

Pour les problèmes mécaniques tels que la casse, le déchirement, les insectes sont protégés avec la boite en bois, à condition que : le dessus en verre soit bien accroché et étanche, que le dessous de la boite soit robuste, on retrouve trop souvent une feuille de carton fine. Il faut du solide, ça peut être du carton, mais résistant et pas trop épais pour ne pas garder l’humidité. Au XIXᵉ siècle, ils appelaient cela un « carton liégé ». Privilégiez un fond de boite en émalène (plastazote, sorte de plaque de plastique parfaite pour piquer les épingles), normalement neutre assez épais (45mm minimum), surtout si les insectes sont lourds. Favorisez quand c’est possible des matériaux sains qui ne dégagent pas de substances nocives pour vous, ou pour la collection.

 

L’ÉTANCHÉITÉ DE LA BOÎTE

Pour les problèmes d’infestations biologiques, une fois les conditions de conservation préventives respectées : absence de poussière, une humidité relative entre 40 et 50 % plus ou moins 2 % par jour et une température à 18 °C avec plus ou moins 5 °C par jour, absence de développement de moisissures. Il reste l’éventualité des attaques chitinophages : il s’agit des insectes décomposeurs qui vont aller manger les insectes en collection comme les Anthrènes. Attirés par l’odeur des insectes séchés, ils vont chercher à les atteindre. La boite est donc là pour créer une barrière. Elle doit donc être la plus étanche possible. 

Pour en savoir plus sur la conservation des boîtes d’entomologie, c’est par ici.

 

TESTER LE MATÉRIEL

Le test pour savoir si une boîte ferme bien : primo, elle ne doit pas s’ouvrir avec une seule main. Secondo, mettez un morceau de papier de 5 cm x 5 cm dedans, fermez. À l’ouverture, il doit y avoir un petit appel d’air à l’intérieur qui fait bouger le papier, et un petit bruit de succion. Évidemment, quelle que soit la fermeture, il n’y aura pas de poussière dedans, mais il faut penser aux larves d’Anthrènes qui mesurent quelques millimètres et peuvent se faufiler dans de très petits espaces. 

 

COMMENT FAISAIT-ON AVANT ?

Historiquement et de façon plus anecdotique, il existe en France des boîtes plus complexes, en général fabriquées pour la vulgarisation. On y ajoute des « cadres réflecteurs » : le fond de la boîte est tapissé d’un miroir, de façon à ce que l’on puisse voir l’envers du papillon sans avoir besoin d’ouvrir la boîte et de dépiquer l’insecte. De façon tout aussi rare, il est possible de voir des boîtes à double verre : elle est translucide des deux côtés. 

Au début XXᵉ, l’idéal étaient les boîtes « à double gorge », avec une fermeture doublée (en photo ci-contre) et couverte de velours, facilitant la fermeture, beaucoup plus étanche. Ce type de boîte est cité comme modèle déposé en 1876 par Héron-Royer, fabricant à Paris. Aujourd’hui, elles ne se font plus. Mais il existe de nombreux fabricants en Europe de bonnes boites de qualité, de nombreux formats différents et de types divers et variés!

 

Ne lésinez pas sur le prix, la survie de vos collections en dépend. 

Start typing and press Enter to search